FO

L’historique de FO : Confédération générale du travail – Force Ouvrière

Repères : Pourquoi Force Ouvrière ?
Force Ouvrière tire son nom du journal clandestin fondé par les « confédérés » de FO pendant la Seconde Guerre mondiale. Dénommé alors Résistance Ouvrière, le journal devient Force Ouvrière, sous l’impulsion d’André Viot, qui dirige alors la publication. Celle-ci regroupe autour d’elle, dès décembre 1945, les syndicalistes rassemblés en groupes d’Amis de Force Ouvrière, qui veulent rendre à l’organisation syndicale son indépendance d’action vis-à-vis du parti communiste.

Confédération générale du travail – Force Ouvrière

Image

L’histoire de FO

Née en 1895 sous l’appellation CGT, la CGT-FO est apparue sous ce sigle en 1948 à l’initiative de militant(e)s refusant l’emprise du parti communiste sur la CGT.

Depuis ses origines, le principe et la pratique de l’indépendance syndicale sont au cœur de son comportement, de ses analyses, de son rôle. Cette indépendance vaut à l’égard des partis politiques, des gouvernements, de l’État, du patronat et des églises.

Ainsi, par principe Force Ouvrière ne prend pas position à l’occasion des consultations politiques électorales à tous les niveaux. L’exception, conforme aux statuts confédéraux, a eu lieu en 1969, à l’occasion d’un référendum parce que nous avions considéré que la mise en place d’un sénat économique et social conduirait au corporatisme et à l’intégration du mouvement syndical, deux éléments contraires à l’indépendance.

À l’origine, au plan syndical, de la création de nombreuses structures de protection sociale collective (UNEDIC – Retraites complémentaires notamment), la CGT-Force Ouvrière, communément appelée Force Ouvrière a toujours considéré que la pratique contractuelle était un outil important pour construire et développer des droits collectifs à tous les niveaux (interprofessionnel – branches d’activité – entreprises).

En ce sens, Force Ouvrière a toujours combattu le tout État comme le tout marché.

Fondamentalement attachée aux valeurs républicaines (Liberté – Égalité – Fraternité – Laïcité), elle défend le service public et la sécurité sociale comme des structures assurant des droits égaux aux citoyens.

Cela explique le combat mené en 1995 contre l’étatisation de la sécurité sociale ou les conflits avec le patronat sur la refondation sociale, c’est-à-dire la livraison au marché de toutes les structures collectives et solidaires.

Ligne de conduite de Force Ouvrière depuis 1895, l’indépendance syndicale est aussi ce qui assure son avenir en tant que valeur fondamentale.

En témoigne en France ou ailleurs ceux qui s’y réfèrent ou tentent de s’y référer.

Résultat de recherche d'images pour "confédération FO"

FORCE OUVRIÈRE est une organisation très attachée aux valeurs républicaines et, en même temps, très décentralisée. Ses militants ont le droit d’avoir, par ailleurs, une adhésion politique ou religieuse mais, la règle, c’est qu’on en parle pas dans le syndicat. il n’y a pas le pas de courants mais des sensibilités très diverses.

C’est un syndicat où on débat en permanence.

Aujourd’hui nous sommes autour de 500 000 adhérents. Nous avons 57 % de nos adhérents dans le secteur privé et moins dans le secteur public.

 Le syndicat est perçu plus identifié comme celui de la fonction publique car nous sommes le 1er syndicat dans la fonction publique d’état. Mais dans le privé par rapport à la CFDT et la CGT, la différence se fait sur le nombre d’implantation. Sur cent élections dans les entreprises,  elles sont présentes dans 45% des cas, nous dans 33%. Mais là où on est présents, on fait aussi bien, voire mieux! Par exemple chez Carrefour, PSA, Selvenord… Le retard à combler est pour nous dans les PME.

Nous sommes la 3ème confédération syndical dans le privé et nous à Apprentis Auteuil nous représentons la 4 ème organisation syndical représentative.